Le Square Children's - 20 à 37 étages

Le coût du loyer avait été dénoncé il y a plusieurs années d’ailleurs:

L’entente pour l’occupation des lieux date du 4 octobre 2018. À l’époque il aurait été difficile d’imaginer que spécifiquement au moment de la livraison du local, les coûts de construction exploseraient pour des raisons externes et repousseraient l’appel d’offre. Cependant, le loyer problématique était connu.

C’est trois sur trois en « cadeaux empoisonnés » de ce projet. Du logement social promis à l’origine, trop cher pour être réalisé. Une école abandonnée. Il reste juste ce centre communautaire promis, mais visiblement les coûts avaient été omis.

Le site à l’origine était public. Il a été vendu au privé avec des concessions pour garantir certains aspects sociaux du projet, ce qui me semble normal dans un tel cas. Les besoins communautaires sont grands, mais le privé peut développer le site plus facilement. En théorie, tout le monde y trouve son bonheur.

Mais il semble n’avoir eu aucune garantie, aucune considération de budget lors de ces annonces. Le logement sociaux? Le financement sera considéré plus tard, sans savoir s’il est réaliste ou non. L’école? À la merci de négociations futures. Le centre communautaire? Visiblement aucun loyer raisonnable n’était garanti pour assurer l’usage.

Ensuite il y a l’élection de Projet Montréal. Dans sa première année au pouvoir, l’administration est confronté à tous les aspects communautaires du projet qui tombent à l’eau. Ses réactions sont justifiées ou non, mais c’est le choix entre ne rien faire et bafouer complètement l’esprit d’acceptabilité sociale du projet à l’origine (probablement la décision comptable la plus efficace), ou prendre des décisions critiquables en payant un centre communautaire trop cher, et tenter de ne pas perdre la face devant un promoteur qui ne livrera finalement pas les logements sociaux escomptés.

J’ai l’impression que l’administration aurait géré les choses différemment si ces décisions seraient survenus plus tard dans son mandat. Cependant, cela n’efface pas la cause de l’échec apparent de tous les aspect sociaux du projet annoncés lors de la vente du terrain: aucune garantie, aucune planification des coûts, aucune négociation préalable pour assurer ces éléments dans le projet avant sa réalisation. Tout cela date de décembre 2016.

3 Likes

Coderre est donc à blâmer pour ne pas avoir pris ses responsabilités en prévoyant des analyses détaillées de budget en amont de ces ententes. Ce qui montre que son préjugé favorable pour les promoteurs nous aura bien mal servi au final.

La nouvelle a été reprise par Le Devoir

Le centre communautaire Sanaaq coûte cher à la Ville de Montréal


Adil Boukind Le Devoir
Dans la foulée d’un appel d’offres lancé en mars dernier pour les travaux d’aménagements du centre, Montréal a reçu trois soumissions. La plus basse, celle du Groupe Geyser, atteignait près de 38 millions de dollars, alors que la plus élevée, d’Hulix Construction, grimpait à 47,9 millions.

Jeanne Corriveau
12 h 30

Le futur centre communautaire Sanaaq, situé sur le terrain de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants, coûte cher à la Ville de Montréal. Même si le bâtiment est toujours inoccupé, la Ville paie un loyer depuis janvier dernier et la facture avoisine maintenant le million de dollars. Et en juillet dernier, elle a dû annuler un appel d’offres pour les travaux d’aménagements intérieurs en raison du coût élevé des soumissions reçues.

Dans la foulée d’un appel d’offres lancé en mars dernier pour les travaux d’aménagements du centre, Montréal a reçu trois soumissions. La plus basse, celle du Groupe Geyser, atteignait près de 38 millions de dollars, alors que la plus élevée, d’Hulix Construction, grimpait à 47,9 millions.

L’appel d’offres a été annulé en juillet « car le montant de la soumission du Groupe Geyser était beaucoup plus élevé que les coûts estimés », a indiqué dans un courriel au Devoir Hugo Bourgoin, relationniste à la Ville de Montréal.

Il n’a pas été possible, vendredi, d’obtenir le montant de l’estimation fixée par la Ville pour préciser l’écart entre les soumissions et l’estimé. En mai 2020, les documents de la Ville établissaient cependant à 13,8 millions le coût de ces travaux d’aménagements.

La Ville indique qu’un nouvel appel d’offres sera lancé « sous peu ».

Un loyer coûteux

Reste que la Ville devra continuer à payer un loyer à Devimco, propriétaire du terrain où il se trouve, même si le bâtiment demeurera vide pendant au moins un an et demi. Car la Ville évalue à 18 mois la durée des travaux d’aménagements intérieurs qui seront réalisés lorsqu’un contrat pourra être octroyé.

La Ville paie depuis le 15 janvier 2022 une rente mensuelle de 124 240 $ à laquelle s’ajoutent les taxes. L’entente avec Devimco s’échelonnant sur 40 ans devrait totaliser 68,6 millions $, incluant les taxes. À l’heure actuelle, la Ville n’est pas en mesure de préciser la date de l’ouverture du centre communautaire.

Rappelons que le centre communautaire Sanaaq, situé au rez-de-chaussée de deux tours du Square Children’s, comporte deux étages et comprendra, à terme, une salle de spectacle et d’exposition, une bibliothèque et des espaces sociocommunautaires. Le nom « Sanaaq » est inspiré du titre d’un roman inuit écrit dans les années 1950 par l’autrice Mitiarjuk Nappaaluk.

Le projet immobilier du Square Children’s a fait la manchette à plusieurs reprises au cours des dernières années. En 2015, Québec avait vendu le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants au promoteur Luc Poirier pour la somme de 25 millions de dollars. Celui-ci l’avait revendu à Devimco et High-Rise Montréal (HRM). Le projet du Square Children’s prévoyait, outre des tours à condos, la construction d’une école primaire et de 174 logements sociaux dans la Tour 6 du complexe immobilier. Le projet d’école n’a pu se réaliser et celui des logements sociaux a été abandonné faute d’une entente entre la Ville et HRM. Le litige concernant les logements sociaux a d’ailleurs donné lieu à une poursuite de 20 millions du promoteur HRM contre la Ville et la mairesse Valérie Plante.

Lors des consultations menées au printemps dernier par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur le projet de la Tour 6 du Square Children’s, les groupes communautaires du quartier, dont la Table de quartier Peter-McGill, ont déploré l’abandon du projet d’école et de logements sociaux, mais également le coût élevé du projet de centre communautaire Sanaaq. « Non seulement le projet d’école primaire n’a pu se réaliser, mais le centre communautaire Sanaaq coûtera une fortune aux contribuables puisque la Ville n’est pas propriétaire de l’espace, mais bien locataire, et à grands frais de surcroît », soulignait la Table de quartier Peter-McGill dans son mémoire déposé à l’OCPM.

Les groupes communautaires ont d’ailleurs réclamé la tenue d’une enquête publique sur la gestion du dossier de l’ancien hôpital par la Ville de Montréal.

1 Like

Unreal but expected mismanagement from this administration. They’ve dropped the ball on a lot of things (cleanliness, safety, social housing) and now this…

Je crois que c’est manquer de perspective sur l’historique du dossier. Est-ce que la ville de Montréal aurait dû annuler le centre communautaire promis vu son coût? Peut-être bien, mais dans ce cas c’est évident que la disparition de tous les aspects d’acceptabilité sociale convenus lors de la vente du terrain et l’autorisation du projet par la ville aurait probablement fait couler autant d’encre.

La question la plus importante est pourquoi il n’y a pas eu de garanties préalables pour assurer ces projets. Pourquoi le loyer est aussi élevé? Pourquoi l’appel d’offre pour le logement social est survenu une fois le projet construit plutôt que d’assurer son financement comme condition? Pourquoi le ministère de l’éducation n’a pas été impliqué en amont dans le dossier de l’école?

Toutes ces questions concernent une autre administration. Ça devrait être une leçon de planification et de coopération dans les dossiers du genre pour l’avenir, en dehors de la partisanerie. À titre d’exemple, la planification dans le quartier Molson pour des infrastructures publiques semblent beaucoup plus complète (il faudra bien entendu attendre le résultat).

4 Likes

12 Likes

Directement en face de la photo d’Hermes en haut

5 Likes

Avis de travaux sur le site de la Ville

Travaux rues du Sussex, Tupper, Hope, place Henri-Dunant, parc Hector-Toe-Blake

Mis à jour le 22 septembre 2022
Temps de lecture : 2 min
Relié à Projets urbains

Des travaux liés au réaménagement de la place Henri-Dunant, du parc Hector-Toe-Blake et de leurs environs dans l’arrondissement de Ville-Marie pourraient avoir une incidence sur votre quotidien. Voici tout ce que vous devez savoir.

Informations sur le chantier

Retrouvez ici les dernières nouvelles du chantier et ce que fait la Ville pour atténuer l’impact de celui-ci.

Quand?

Les travaux se feront en 2 phases. Ils débutent à l’automne 2022 et reprennent au printemps 2023, pour se poursuivre jusqu’à l’automne 2023.

Quoi?

Les travaux prévoient :

  • des interventions en foresterie urbaine et en archéologie
  • la mise aux normes des infrastructures souterraines (aqueduc, égout, entrée d’eau au plomb et réseaux techniques urbains)
  • les aménagements de surfaces de la rue Tupper, entre l’avenue Atwater et la rue du Sussex, de la rue du Sussex, entre la rue Tupper et le boulevard René-Lévesque, et de l’avenue Hope
  • le réaménagement de la place Henri-Dunant et du parc Hector-Toe-Blake

Travaux en cours

Horaire des travaux

Du lundi au vendredi, de 7 h à 19 h, sauf exceptions.

Remplacement des entrées d’eau en plomb

Les entrées d’eau potable seront remplacées dans votre rue. Elles comprennent 2 parties : une publique (sous la responsabilité de la Ville) et une privée (sous la responsabilité du propriétaire).

Le remplacement d’une entrée d’eau sur une partie privée est obligatoire et aux frais du propriétaire. Les personnes concernées ont déjà reçu des communications à ce sujet. L’entrepreneur prendra contact avec elles avant les travaux, si nécessaire.

Vibrations : inspections préventives

L’excavation nécessaire à la réalisation des travaux générera des vibrations. Des inspections préalables seront réalisées à titre préventif et permettront de connaître l’état de certaines propriétés situées dans la zone des travaux. Les personnes concernées seront avisées par écrit. L’entrepreneur prendra contact avec elles avant l’inspection de leur propriété.

Vos déplacements pendant les travaux

  • Fermetures complètes et partielles à prévoir dans le secteur des travaux
  • Présence de signaleurs aux accès du chantier pour sécuriser la circulation des camions
  • Maintien de l’accès piétonnier aux bâtiments
  • Maintien des accès aux stationnements souterrains
  • Relocalisation des places de stationnement sur rue réservé aux résidentes et résidents (vignettes) à proximité
  • Modification possible du trajet des circuits d’autobus de la STM qui desservent le secteur. Pour en savoir plus, appelez au 514 786-4636 ou consultez le site de la STM.

Les travaux sont exécutés par phase pour limiter les impacts sur vos déplacements. Pour en savoir plus sur l’avancement du chantier, consultez la carte Info-travaux.