Le Square Children's - 20 à 37 étages

10 Likes

19 Likes

19h31

08-05-2022

19h35

19h38

19h40

13 Likes

page FB de la mairesse

🌳 Nous investissons 8,8 M$ pour réaménager, sécuriser et verdir les abords du futur centre Sanaaq, dans le centre-ville 🌳

J’étais heureuse d’en faire l’annonce, hier, en compagnie de nos partenaires et de résident-es du quartier!

Autour du futur centre Sanaaq :

✅ 1 400 m2 de nouveaux espaces verts seront ajoutés;
✅ 40 nouveaux arbres seront plantés, pour un total de plus de 85, avec les arbres existants;
✅ Du mobilier urbain, des aires de jeux et des exerciseurs seront installés;
✅ Les déplacements dans le secteur seront sécurisés et la circulation, apaisée.
Créé avec et pour la communauté, ce projet de réaménagement fait la part belle au verdissement, sécurise les déplacements et crée de nouveaux espaces publics.
Avec ce magnifique projet, nous répondons à une demande historique des résident-es. Nous posons aussi un geste de plus pour créer le centre-ville le plus vert en Amérique que Nord!

Découvrez le concept d’aménagement : https://bit.ly/AbordsSanaaq

#polmtl Crédit photo : Charles-Olivier Bourque | Rendus : Lemay

Place Henri-Dunant, vue vers le sud

Parc Henri-Dunant, vue vers l’ouest

Parc Hector-Toe-Blake, vue vers le nord

Parc Hector-Toe-Blake, vue vers le sud

Séance d’info le 18 mai en personne dans le parc Hector-Toe-Blake

8 Likes

1400 m2 de nouveaux espaces verts dans le centre-ville

Journal Métro | MONTRÉAL | 10 mai 2022 à 11h00 | Quentin Dufranne

Montréal investira 8,8 M$ pour le verdissement, le réaménagement et la sécurisation des abords du futur centre Sanaaq. Ces nouveaux espaces verts au centre-ville devraient voir le jour à l’automne 2023 selon la mairesse Valérie Plante.

En tout, ce seront près de 1400 m2 de nouveaux espaces verts qui viendront s’ajouter à ceux qui existent dans le district de Peter-McGill, au centre-ville. Une quarantaine d’arbres seront aussi plantés. L’aménagement viendra contrer l’important déficit de verdure dans le quartier.

Le projet contribuera également à l’adaptation de la ville face aux changements climatiques. Il permettra notamment une meilleure gestion des eaux pluviales et réduira les îlots de chaleur.

L’objectif est aussi de créer un milieu de vie autour du futur centre culturel et communautaire Sanaaq. Le projet permettra de bonifier l’accès au futur centre par l’ajout d’une grande esplanade en contrebas de son parvis.

Les travaux qui débuteront à l’automne prochain permettront de mettre à niveau les infrastructures souterraines et les aménagements de surface. La sécurité du secteur sera ainsi bonifiée par l’ajout de traverses piétonnes, de saillies de trottoir et d’autres éclairages.

Les réaménagements concerneront la place Henri-Dunant, le parc Hector-Toe-Blake, les rues Tupper et du Sussex ainsi que l’avenue Hope dans le district de Peter-McGill.

«Réfléchi avec les partenaires du quartier, il permettra de répondre concrètement au déficit d’espaces verts et de parcs dans l’ouest du centre-ville. […] Il permet de créer un véritable pôle civique, des espaces verdis extérieurs jusqu’aux nouveaux services publics à l’intérieur, tout en consolidant la coulée verte telle qu’évoquée dans le PPU du Quartier des grands jardins», a déclaré Valérie Plante.

Ce projet est né à la suite des recommandations de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) pour le Projet Chidren, du PPU des Grands jardins ainsi qu’aux revendications des citoyens lors des conseils d’arrondissement.

Prendre des espaces où il y en a

La mairesse a souligné la difficulté qu’a l’arrondissement Ville-Marie à acquérir des terrains pour du verdissement. Selon elle, il est difficile lorsqu’un terrain se libère de choisir quel type de projet y implanter.

«Dans tout l’arrondissement, acheter des terrains pour les verdir est extrêmement dispendieux et ça entre aussi en compétition avec des besoins de logements, a expliqué Valérie Plante. Ce projet-là, pour moi, est merveilleux, car c’est l’espace public […] Il faut miser sur se réapproprier des espaces de la voie publique, qui appartient à tout le monde et qui ne coûte rien au contribuable».

La mairesse ne s’est cependant pas prononcée sur d’autres projets qui pourraient voir le jour dans l’arrondissement.

5 Likes

18h42

10-05-2022

5 Likes

19h44

11-05-2022

3 Likes

4 Likes

17h30

18-05-2022

Versus 10-04-2021

5 Likes

16h14

20-05-2022

4 Likes

9 Likes

Dimanche

13 Likes

7 Likes

30-05-2022

13h23

Close-Up

Je trouve cet angle très romantique et ténébreux

5 Likes

À partir de la terrasse du Mignon sur Notre-Dame/Charlevoix (dimanche soir)

4 Likes

Une enquête publique réclamée pour le projet immobilier Square Children’s


Photo: Marie-France Coallier, Le Devoir
Le mégaprojet Square Children’s est en construction sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants.

Zacharie Goudreault
Avec Jeanne Corriveau
2 juin 2022

Des organismes demandent la tenue d’une enquête publique sur les circonstances ayant mené à l’absence de logements sociaux dans le mégaprojet immobilier Square Children’s, qui est en construction sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants. Le promoteur montre du doigt la Ville pour ce fiasco.

Au cœur des interrogations se trouve une lettre d’engagement signée par le promoteur et la Ville le 7 juin 2017 — sous l’administration de Denis Coderre —, qui proposait une porte de sortie dans le cas où les logements abordables attendus ne pourraient pas se réaliser dans la Tour 6 du Square Children’s, au centre-ville de Montréal.

Ce bâtiment, initialement de 20 étages, devait comprendre 174 logements sociaux et communautaires dont la construction aurait été financée par la Ville. Sauf que l’entente signée par le promoteur Sarto Blouin pour le compte de l’entreprise immobilière High-Rise Montreal (HRM) prévoyait d’emblée la remise d’une pénalité de 6,235 millions de dollars à la Ville si cette dernière n’était pas en mesure de trouver les fonds pour réaliser ce projet de logements sociaux.

« J’ai signé cette entente-là avec un couteau sous la gorge et un gun sur la tempe. Ils m’ont dit [à la Ville] : peu importe la raison, si on n’a pas notre argent, on veut être capables de tirer la plug » sur ce projet de logement social, a raconté M. Blouin en entrevue au Devoir. La Ville, affirme-t-il, ignorait à l’époque si elle obtiendrait les subventions nécessaires des autres ordres de gouvernement pour réaliser le projet.

Dans les mois qui ont suivi la signature de l’entente, les discussions auraient achoppé entre la Ville et HRM concernant la conception de cette tour et la facture à la clé. L’administration municipale aurait proposé 34 millions pour la réalisation du projet, pour lequel HRM souhaitait plutôt recevoir 40 millions de dollars, a révélé M. Blouin en entrevue. L’homme d’affaires raconte avoir ensuite, devant l’impasse dans ce dossier, proposé de réaliser 120 logements sociaux sur un autre terrain du centre-ville, puis 200 à Lachine, en remplacement du projet prévu dans la Tour 6, en vain.

« La Ville n’a jamais été capable de négocier de bonne foi », affirme M. Blouin, qui se bute maintenant au refus de la Ville d’accepter la compensation financière prévue à l’entente de 2017 afin qu’il puisse réaliser le projet de son choix dans la Tour 6.

Une enquête publique demandée

L’entente de juin 2017 qui lie la Ville et HRM a d’ailleurs été au cœur des questionnements de plusieurs participants aux démarches en cours à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). L’organisme a été mandaté pour se pencher sur les intentions de la Ville de faire passer de 20 à un maximum de 4 étages la hauteur permise pour la Tour 6 à la suite des tentatives infructueuses d’inclusion de logements sociaux.

La Ville a d’ailleurs confirmé devant l’OCPM qu’il s’agissait du « seul cas de figure de non-concrétisation d’un projet clé en main » de logements sociaux, sur 145 projets du genre réalisés « selon la formule clé en main » prévue dans l’ancienne stratégie d’inclusion de la Ville, lancée en 2005 puis remplacée l’an dernier par le Règlement pour une métropole mixte.

« Cette affirmation confirme le caractère particulièrement problématique de ce projet et soulève de nombreuses questions, qui demeurent pour l’instant sans réponse », soulève le regroupement d’organismes Habiter Ville-Marie dans son mémoire présenté mardi soir devant l’OCPM. Il réclame ainsi la tenue d’une « enquête publique » qui ferait « la lumière sur les lacunes ou irrégularités dans le traitement administratif et le processus décisionnel ayant mené à l’autorisation du projet sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants ».

« C’est anormal que le promoteur responsable du projet de logement social ait été autorisé à avoir l’option de payer une compensation financière » dans cette entente controversée, explique au Devoir le coordonnateur du Comité logement Ville-Marie et coauteur du rapport, Éric Michaud.

Ce ne sont d’ailleurs pas que des groupes communautaires qui souhaitent une enquête publique sur cette affaire : c’est aussi le cas du président du Groupe Devimco, Serge Goulet, qui gère quatre des six tours du projet Square Children’s.

« Si des gens veulent faire la lumière parce qu’ils pensent qu’il y a des zones d’ombre, moi, ça va me faire plaisir », a lâché le promoteur lorsqu’interrogé par Le Devoir en marge d’un événement médiatique, mardi. M. Goulet a souligné que la responsabilité de construire du logement social sur ce site incombait à HRM, qu’il affirme avoir encouragé à signer une entente avec la Ville à cet égard il y a cinq ans.

« Il aurait dû y avoir du logement social là. Il y a quelqu’un qui ne s’est pas occupé de ses affaires. Et si l’enquête publique le démontre, je vais être bien content, parce que nous autres, on a fait notre job », a lancé le promoteur.

« Il n’y a pas besoin d’enquête publique, ça s’est fait selon les normes de l’époque », réplique Sarto Blouin, qui demande à la Ville de respecter l’entente qu’elle a signée avec lui il y a près de cinq ans. « J’ai bon espoir qu’à la fin, je pourrai faire une tour de 20 étages d’autre chose [que du logement social]. »

Les erreurs du passé

À la Ville, en raison des recours judiciaires en cours, la prudence est de mise dans les communications accordées publiquement sur ce dossier. HRM se dit victime d’une « expropriation déguisée » par la Ville du site prévu pour la Tour 6. Par écrit, le responsable de l’habitation au comité exécutif, Benoit Dorais, a assuré que depuis la signature de l’entente controversée de juin 2017, « la réglementation a complètement évolué » à la Ville, ce qui ferait en sorte que « les conditions dans lesquelles ce projet-là a évolué ne pourraient plus se reproduire ».

2 Likes

13h37-49

03-06-2022

Projet connexe :

Abords du centre Sanaaq

Et pour finir, et non le moindre…

Eleva, Madame et Messieurs…

12 Likes

Johan qui nous présente juste les plus belles façades du Eleva… tu fais ton Devimkolev ? :stuck_out_tongue:

Merci pour les photos. J’aime bien les panneaux couleur bronze, ça rehausse vraiment la qualité visuelle du projet.

1 Like

Ben là Bien sûr!!

J’adore ce surnom!!

Merci !!

À pareil date l’an dernier, j’arrêtais pas de dire sur MTLURB que Maestria allait être Great…

Mais Rocco et SameGuy en disait autrement…

Et bien voilà!

NostraDamaKolev :smiling_face_with_three_hearts::purple_heart::pray:

1 Like

Une partie est visible de la rue De Bleury !

18 Likes