Le Méridien - 13 étages

And here’s a colour version of that
IMG_4591

8 Likes

Avis favorable du CCU pour une modification du Plan d’urbanisme

image
image
image

5 Likes

En essayant de faire la volumétrie de ce projet, j’ai l’impression qu’il y a un angle sur la partie plus haute de la tour, sur Saint-Laurent. Le basilaire suit la rue, mais la tour est à 90 degrés avec la rue Ontario sur ses deux façades nord-sud. Justification:


Ça donnerait quelque chose comme ça (42m de haut, comme écrit par le CCU):


Aussi, je peux être complètement dans les patates, on a pas beaucoup de pixels pour juger!

L’ancienne version avait définitivement une tour qui arrivait au niveau de la rue autant sur Ontario que Saint-Laurent, avec un angle plus grand que 90 degrés entre les deux façades.

19 Likes
10 Likes

Je me suis permis de mettre à jour l’entête avec le rendu partagé à Radio-Canada :slight_smile:

3 Likes

Le projet est à l’ordre du jour du comité exécutif du 9 août (au point 40.019)

Une modification au Plan d’urbanisme pour permettre sa construction

image

5 Likes

Le projet est à l’ordre du jour du comité exécutif du 13 août (au point 40.008)

Les rendus sont différents, il y a des bandes noires

Ces rendus sont datés du 2 mai 2023 et estampés par l’arrondissement le 3 mai


vue de l’intersection blvd st-laurent et rue ontario


vue aérienne de l’intersection rue ontario et rue st-dominique


vue de l’entrée principale des résidences étudiantes


vue blvd st-laurent vers le nord


vue rue saint-dominique vers le nord

Il y a aussi les plans

33 Likes

Montréal octroie du financement. Par ailleurs, je viens de remarquer - tous les rendus, vieux et récents, incluent un volume sur le coin nord-est de Maisonneuve/Saint-Laurent. Ça ne me semble pas un hasard…je me demande si quelque chose se trame donc sur ce terrain-là!

7 Likes

Maxime Bergeron souligne le double bon coup du modèle d’affaire de UTILE et de la ville qui a accéléré le projet.

Texte intégral

Un bon coup à répéter à toutes les sauces, SVP

ILLUSTRATION FOURNIE PAR L’UTILE

Le futur immeuble résidentiel Le Méridien, à l’angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Ontario à Montréal, comptera 167 logements abordables pour étudiants.


Maxime Bergeron
MAXIME BERGERONLA PRESSE

Les bonnes nouvelles sont rares en matière de logement abordable, ces jours-ci.

Publié à 18h57

Je vous en sers deux, sur un plateau.

La première : l’UTILE, une entreprise d’économie sociale spécialisée dans la construction de logements étudiants, vient de se hisser dans le top 100 des sociétés qui connaissent la plus forte croissance au Canada, selon le prestigieux classement de Report on Business 1.

Il s’agit d’une reconnaissance inusitée pour un organisme à but non lucratif. Mais aussi, et surtout, d’une preuve qu’un modèle d’affaires axé sur le logement abordable peut fonctionner à fond.

La deuxième bonne nouvelle ? Préparez-vous bien pour celle-là.

La Ville de Montréal et son arrondissement central sont capables de faciliter grandement la vie aux promoteurs.

Pour le plus récent projet de l’UTILE, à l’angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Ontario, la levée des obstacles bureaucratiques permettra au groupe d’accélérer d’un an son calendrier de construction et d’économiser des millions.

Une efficacité presque émouvante tant elle est rare.


Certains pourraient le qualifier d’idéaliste, mais Laurent Lévesque, qui a cofondé l’UTILE en 2012, m’apparaît d’abord et avant tout pragmatique. Le jeune diplômé en urbanisme a passé des années à analyser le problème du manque de logements étudiants, sous toutes ses coutures, avec ses collègues.

Ils ont réussi à pondre un modèle pour construire vite, bien, et à bon coût.

Un modèle qui fonctionne dans la vraie vie, pas juste sur papier.

L’UTILE a mis en chantier ou terminé quatre immeubles flambant neufs, qui hébergent à ce jour 500 étudiants. Ils seront 3000 d’ici trois ans et les visées de l’entreprise sont bien plus vastes encore.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Laurent Lévesque, directeur général et cofondateur de l’UTILE

« Pour nous, ce n’est pas insoluble : on a trouvé une solution pour le logement étudiant et on est en train de la faire exploser à travers le Québec », m’a fait valoir Laurent Lévesque en entrevue dans ses bureaux du centre-ville de Montréal.

Les projets du genre ne sont pas admissibles aux subventions traditionnelles, comme celles du programme provincial AccèsLogis. Pour arriver à les faire sortir de terre, l’équipe de l’UTILE a dû imaginer de nouveaux modes de financement.

En plus des acteurs établis, comme le Fonds immobilier de solidarité FTQ ou Desjardins, le groupe a eu recours à des investisseurs insoupçonnés : les associations étudiantes. La Students’ Society of McGill University, par exemple, injectera 1,5 million dans le nouveau projet du boulevard Saint-Laurent.


L’UTILE est une entreprise « sociale », mais elle ne néglige pas la gestion serrée de ses coûts de construction pour autant. C’est primordial dans le contexte inflationniste actuel.

Le groupe a raffiné sa recette au fil de ses premiers projets. Il la reproduit d’un chantier à l’autre, avec quelques variables, pour réduire la facture.

Par exemple : le modèle des studios et des appartements est à peu près le même partout, ce qui évite de repartir à zéro chaque fois, avec tout ce que cela implique en plans et devis et en recherche de nouveaux fournisseurs.

« On ne fait pas de miracles », résume Laurent Lévesque.

Le groupe s’en est sorti jusqu’ici avec des coûts de construction d’environ 200 000 $ par unité, en deçà de la moyenne récente des projets de logements sociaux.


Les logements de l’UTILE ne sont pas considérés comme « sociaux », mais plutôt « abordables ». Leurs loyers se situent de 20 % à 30 % sous le prix moyen du marché.

Dans le projet La Rose des vents, du quartier Rosemont à Montréal, les studios se louent à partir de 709 $ par mois, et les logements de deux chambres, à 1275 $. À Trois-Rivières, dans un autre immeuble en construction, les quatre et demie seront offerts à 949 $.

PHOTO FOURNIE PAR L’UTILE

Un studio de l’immeuble La Rose des vents, à Montréal

Les locataires signent des baux et doivent libérer les lieux une fois leurs études universitaires terminées, pour faire place à une nouvelle cohorte.

Le bénéfice de construire des immeubles réservés aux étudiants est double, fait valoir Laurent Lévesque. Il permet de répondre à un besoin bien réel – la pénurie de logements étudiants est sévère – et de libérer du même coup des appartements locatifs dans le marché « traditionnel », tout aussi tendu.


Revenons à la Ville de Montréal, maintenant.

Elle a mis toute la gomme pour fluidifier les procédures administratives avec le plus récent projet de l’UTILE, qui comptera 167 logements.

La Ville a d’abord accordé une dérogation pour permettre une plus grande densité de construction sur ce terrain payé 7,6 millions. Les étages supplémentaires feront grimper la juste valeur marchande du lot à 13,2 millions, estime l’UTILE, ce qui représente une « création de valeur » de 5,6 millions.

Autre facteur accommodant, et non le moindre : la Ville a fait cheminer rapidement le dossier du projet dans ses différentes instances, souvent arides, comme le comité consultatif d’urbanisme (CCU). Elle a aussi approuvé les modifications réglementaires demandées par le promoteur, en vertu de son « article 89 ».

Cela signifie, en français, que le projet ne risque pas d’être ralenti ou bloqué par un référendum du voisinage.

Le coup de pouce de la Ville (qu’on pourrait aussi qualifier de non-nuisance) permettra de devancer d’un an l’échéancier de construction. Des économies de 40 000 $ par mois, soit 480 000 $, en frais d’intérêts sur le terrain.

Grâce à cette accélération, l’UTILE pourra du même coup s’épargner un an d’inflation des coûts de construction (+ 5 %). L’équivalent de 2,35 millions sur un projet évalué à 47 millions.

Ensemble, ces mesures totaliseront plus de 7 millions et contribueront « à rendre le projet financièrement viable et à offrir des loyers abordables », selon l’UTILE. Cela vient plus que doubler la subvention de 6,3 millions accordée au départ par la Ville pour ce projet.

Bravo.

À refaire, le plus souvent possible.

10 Likes

6 Likes

Avis favorable du CCU le 11 avril 2024

image
image
image

2 Likes

Je suis curieux de savoir ça avait l’air de quoi, quand c’était encore une banque !

1 Like

Sur LinkedIn, compte de l’entreprise Lemny

:rotating_light: Nouveau Projet :rotating_light: Après plusieurs mois de discussions, nous sommes fiers d’annoncer officiellement que LEMNY et Groupe Unigesco réaliseront la construction du Projet Méridien pour l’UTILE.

Ce projet emblématique au cœur de Montréal offrira plus de 160 unités d’habitation abordable à des centaines d’étudiants. :office: En accord avec leurs valeurs sociétales, le partenariat entre Groupe Unigesco, l’UTILE, et LEMNY marque le début d’une longue aventure.

Merci à toute l’équipe d’UTILE pour votre confiance ainsi qu’au professionnel du projet Blouin Beauchamp Architectes, L2C Experts-Conseils En Structure et IME Experts-Conseils inc. et plusieurs autres. Nous sommes impatients de construire ce projet ensemble! :handshake: #construction #immobilier #étudiants

6 Likes

C’est complètement ridicule ! Nous résidons au 1625 Clark et nous avons reçu la lettre afin de nous aviser du projet , 10 jours avant le début . Nous n’aurons plus aucun soleil , aucune vue puisque nous sommes au 2e et notre fenêtre tombe sur st Laurent . Fini la belle vie , mai tenant on va être caché par un gros building de condos .

Le projet est public depuis 2ans, vous vivez dans un secteur en transformation. Votre immeuble cache probablement la vue de plusieurs qui étaient avant vous. Le terrain est clôturé depuis longtemps, donc un signe quelque chose s’en vient.

De plus, il ne s’agit pas de condo, contrairement à vous, mais d’une résidence pour étudiants.

14 Likes

Cette dame n’a pas choisi le bon forum pour se plaindre :rofl::joy:

2 Likes

Ou c’est exactement le bon :wink:

Toutes les opinions sont les bienvenues si elles respectent nos règles. En contrepartie, des gens passionnés vont corriger des faits et donner des arguments pour justifier le développement urbain. C’est une part d’éducation et d’exposition à des raisons divergentes.

Je peux comprendre que perdre une vue qu’on aime est un certain deuil. Mais à un deuxième étage, il n’y aura jamais une vue garantie. Sauf si l’on achète le terrain vague d’en face et qu’on décide de ne pas le développer. Un simple triplex viendra dans le champ de vision.

À la place je me concentrerais sur le bénéfice d’éliminer un édifice abandonné et d’apprécier le dynamisme que vont apporter au secteur des centaines de nouveaux résidents. On perd une vue, un peu de lumière dans la rue (la façade sur Saint-Laurent est mince, je doute qu’elle vienne faire de l’ombre longtemps directement de l’autre bord de la rue pendant longtemps), mais on gagne des humains qui vont faire vivre le quartier. Saint-Laurent à ce niveau a besoin d’un coup de barre. Ce ne sera pas le dernier projet du secteur.

8 Likes

Le permis vient d’être livré, le 27 juin 2024.

168 logements et 2 commerces.

L’adresse du permis est le 12 Ontario Est aussi.

AJOUT:

Le permis de démolition pour le vieux Katacombes a aussi été octroyé, le 26 juin 2024.

4 Likes

Le même coin (à droite) vers 1900.
C’est étonnant à quel point les archives plus anciennes sont souvent davantage accessibles que celles des années 60 à 90!

5 Likes

J’ai hâte de voir l’horrible édifice des Katacombes disparaitre (édifice noir sur le côté gauche des photos).

11 Likes