Espace piétonnier

Voici une idée que je trouve intéressante pour augmenter l’espace piétonnier sur le Plateau Mont-Royal et, dans ce cas ci, autour de la station de métro Mont-Royal. Cela rejoint mon point numéro 6 du début de ce fil de discussion que je développe un peu plus.

La rue Berri est fermée depuis plus de 2 ans à cause des travaux sur la station de métro. Cela n’occasionne pas vraiment de problème majeur en termes de circulation automobile. Je me suis dit, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour élargir la future place devant l’entré de métro en fermant définitivement cette portion de la rue Berri, en la piétonnisant mais aussi en prolongeant l’espace piétonnier à coté et derrière le sanctuaire Saint-Sacrement pour se rendre jusqu’à la rue Saint-Hubert là ou il y a un bel espace qui pourrait être aménagé en petite place ainsi que deux passage de chaque coté du petit bâtiment.

D’ailleurs, pourquoi ne pas profiter de tout cela pour démolir le petit bâtiment en briques brunes situé sur la rue Saint-Hubert et construire un immeuble de 5/ 6 étages à des fins résidentiels pour densifier le secteur avec du logement social. Et tout en laissant des passage de chaque côté pour accéder au métro via cette espace piétonnier.

Comme on peut le voir sur les 3 photos, le potentiel est énorme et il ne manque qu’un peu de volonté pour faire quelque chose d’intéressant et d’innover encore.

image

7 Likes

Chronique dans la Tribune de Sherbrooke

Humaniser les centres-villes

MICKAËL BERGERON
LA TRIBUNE
29 avril 2022 Mis à jour le 30 avril 2022 à 7h00

CHRONIQUE / Alors qu’à Sherbrooke on se demande comment rendre une partie de la rue Wellington piétonne, certaines villes comme Oslo créent des zones sans voitures en plein centre-ville. Pas juste un bout de rue, plus d’un kilomètre carré!

Pour donner une idée de grandeur, c’est comme si le centre-ville de Sherbrooke devenait une zone sans voiture, de la rivière Saint-François à Belvédère et de Galt à de Montréal.

J’entends déjà les réactions dire que ça n’a pas de bon sens! Que les axes routiers comme de Montréal-Terrill, King et Galt, qui permettent de relier l’est et l’ouest de la ville, ainsi que Belvédère ou des Grandes-Fourches, pour les axes nord-sud, sont trop importants.

Mais pas obligé de paniquer, c’était avant tout pour donner une idée de grandeur. N’empêche, ça stimule les réflexions. Surtout que c’est bien dans le centre-ville que la capitale norvégienne a implanté sa Car-Free Zone, pas au fond d’un fjord peu occupé. Une zone plus institutionnelle et économique que résidentielle, certes, mais un secteur quotidiennement traversé par 100 000 personnes.

Donc oui, certains importants axes routiers ne sont plus accessibles pour les voitures. Ou presque. Certaines rues demeurent accessibles pour le transport collectif, ça va de soi, ainsi que pour les taxis et certains camions de livraison – bien qu’on tente de trouver d’autres méthodes pour ce « dernier kilomètre de livraison ».

Tout ça ne s’est pas fait sans levée de boucliers non plus. Il y a même eu une mobilisation de plusieurs commerçants à Oslo, des campagnes sur les réseaux sociaux, etc. On craignait la mort du quartier, la fermeture des commerces, etc.

Un parti politique municipal contre ce projet a réussi à faire élire quatre personnes, mais la mairesse qui a mené ce projet a été réélue. Ça ne doit donc pas être la catastrophe.

Évidemment, un tel projet ne se fait pas juste en interdisant les voitures. La Ville d’Oslo a créé de nouveaux parcs. Elle a implanté 75 nouveaux bancs juste pour passer du bon temps dans le centre-ville. Une des anciennes intersections achalandées est devenue un populaire parc pour enfants.

Ça semble banal implanter des bancs, mais la mairie raconte que si le secteur avait plusieurs cafés et terrasses, il y avait peu d’endroits juste pour s’asseoir et profiter de l’espace public. En profiter avec peut-être un café et une sandwich achetés juste à côté.

Les déplacements piétons ont été facilités, les déplacements en vélo ont aussi été améliorés.

Ils ont aussi ajouté des toilettes publiques urbaines. Un truc qui manque cruellement dans l’ensemble des centres-villes. C’est tellement absurde de devoir quêter l’accès aux toilettes aux commerçants.

Me semble que voir les rues pleines de gens qui circulent ou profitent des espaces publics plutôt que des rues pleines de voitures stationnées est pas mal plus chaleureux et sympathique.

L’impact sur les commerces? Permettre aux gens de flâner, c’est plus payant qu’on pense. La Ville a pu constater une hausse de piétons dans la zone sans voiture. Et si seulement 14 % flânaient et utilisaient les bancs au début du projet, c’est maintenant près de la moitié.

Pour être sûr de comprendre le portrait. Au début, il y avait quelques piétons et beaucoup de voitures traversaient cette zone, mais ça ne voulait pas dire que toutes ces voitures arrêtaient pour consommer. Maintenant, très peu de voitures, mais beaucoup plus de piétons. Des piétons qui prennent le temps et s’arrêtent dans le quartier.

Il y a cette forte impression que les automobilistes rapportent plus aux commerçants. Des études permettent d’observer que les commerçants surestiment la clientèle automobiliste et sous-estiment la clientèle piétonne, cycliste ou qui utilise le transport en commun.

Les cas où la voiture rapporte peut-être réellement plus, ce sont ces endroits sans âme du type power centre, comme on retrouve à Sherbrooke près de la 410 ou le fameux 10-30 à Brossard. Mais ces lieux ont été bâtis loin de tout expressément pour l’automobile. C’est différent si on pense aux rues urbaines, comme Wellington ou Alexandre à Sherbrooke.

De plus en plus d’études démontrent que, dans les centres-villes, plus un quartier a un potentiel piétonnier élevé, meilleures sont les affaires pour les commerçants. Les commerçants ont toujours peur de perdre de l’argent avec le retrait de cases de stationnement, mais c’est bien souvent le contraire qui se produit.

Dans une étude londonienne, par exemple, on peut lire que les rues réfléchies et aménagées pour la marche et le vélo attirent 93 % plus de piétons et permettant de doubler l’achalandage dans les commerces. Si on compare mètre carré par mère carré, un raque à vélo génère 5 fois plus de ventes qu’un stationnement.

Ce qui est aussi intéressant dans la démarche d’Oslo, c’est qu’elle cherche à diminuer la dépendance à l’automobile, pas juste électrifier (quoique la majorité des voitures vendues là-bas sont électriques). Parce que si on ne fait qu’électrifier, on ne règle pas les problèmes de circulation, de mobilité durable, d’urbanisme, d’étalement, d’iniquité, etc. La Ville impose aussi un tarif pour circuler en ville et les voitures à essence paient plus que les voitures électriques.

Pour qu’un tel projet fonctionne, il faut une mobilité efficace. Larges trottoirs et rues piétonnes. Pistes cyclables partout, pour tous les trajets – je parle ici du vélo utilitaire, comme moyen de transport entre la maison et le travail ou les études ou aller diner avec ses proches. Et un transport en commun qui devient un avantage, pas la dernière option. Et pour ça, il faut des trajets efficaces – rapides et aux bons endroits. Mais quand tout un quartier est en rues spaghettis ou qu’un enchainement de stationnements, c’est dur.

Idéalement, on réfléchit à notre mobilité en amont, pour la rendre plus fluide, plus efficace et moins chère. Sinon, on se retrouve avec des absurdités comme Mi-Vallon et René-Lévesque qui ne débouchent sur rien – et ce, même si elles sont le principal boulevard d’un quartier résidentiel. Avec des problèmes de circulation autour d’un secteur commercial. Des quartiers où il est presque impossible d’implanter un transport en commun efficace. Des rues qui ont été conçues sans penser aux piétons ou aux cyclistes. Mais il existe des solutions pour adapter ces erreurs urbanistiques.

Il faut intégrer ces notions pour que l’autopartage va devenir particulièrement avantageux et que l’électrification des transports va passer du compromis à une mobilité intelligente. Et il faudra le faire, pas juste pour l’environnement, pour des raisons d’efficacité et de santé publique, aussi.

Pis ce n’est pas juste plus efficace, plus intelligent, plus vert, plus rentable. C’est aussi profondément plus agréable, plus beau, plus humain.

4 Likes

Vu sur Twitter, à Outremont, avenue Dollard

Avant/Après… oui oui, le avant = piétonnisation d’un tronçon de rue près de deux écoles primaires et une école secondaire… :sweat:

J’ai été à Stanislas. C’est un établissement privé très populaire et l’écrasante majorité des élèves ne viennent pas du quartier. Beaucoup de camarades de classe arrivaient de très loin et se faisaient déposer par leurs parents. C’est surement la raison pour laquelle c’est délicat de garder ça piéton pendant la période scolaire. Dollard n’est vraiment pas une rue de transit. En dehors des heures d’école c’est toujours vide. En été pareil.

1 Like

Finalement, cet aménagement reviendrait.

En même temps, la station Outremont est trois rues à l’est de Stanislas.

Oui, sauf que ça empêchera pas les parents d’aller porter leur enfants à l’école. Pour beaucoup de gens le métro c’est ‘‘sales’’ et c’est pour ‘‘les pauvres’’. On parle quand même d’Outremont ici…

:sweat_smile: faut pas caricaturer non plus. Les gens prennent leur voiture parce que celle-ci présente une plus grande flexibilité que le métro à leurs yeux, pas parce que c’est sale ou que c’est pauvre.

Pour avoir travaillé dans une institution financière d’Outremont (et de Côte-des-Neiges) pendant toutes mes études, ce ne sont pas tous des petits bourgeois qui se pincent le nez devant une friperie :stuck_out_tongue:

1 Like

J’ai l’impression qu’une majorité prennent les TC ou sont déposés en auto à une station de métro, mais qu’il y a suffisamment de parents en auto pour rendre la circulation infernale dans ce coin. Pareil pour Saint-nom-de-Marie, qui même avec ses résidences, où l’entré et sortie des classes en fait une des partie les plus chaotique de la Côte-Sainte-Catherine. J’aimerai voir l’arrondissement élargir les trottoirs et remplacer la piste bidirectionnelle par deux pistes unidirectionnelles

C’est pas une caricature que je faisait, mais reste que certains à Outremont mettront jamais le nez dans le métro de leur vie, même chose à Westmount, même si la station est a 5min à pied. Même chose pour le bus. Plusieurs vont juste continuer de prendre leur voiture, car le TEC c’est pas nice, c’est pas in. Ici c’est une clientèle aisée et donc déjà moins enclin à prendre le TEC.

Le meilleur exemple c’est le Vieux-Port, combien de gens vont aller attendre 30min pour se trouver un parking à 30$, quand ils pourraient y sortir au métro Champs-de-Mars.

Oui mais c’est surtout les élèves du lycée qui le prenaient. Plusieurs dans ma classe venaient en métro. Mais j’étais au niveau « 2e année de CEGEP ».

Les petits du primaire et du préscolaire se faisaient récupérer en auto pour la plupart, par des parents qui travaillent souvent loin et n’habitent pas le quartier.

Il y a sûrement de l’éducation à faire en matière de respect de l’environnement car cela concerne tout le monde. Parce que la pollution ne fait pas de différence, que tu sois un émetteur de CO2 riche ou pauvre, le résultat néfaste est le même. Il s’agit en fait de développer la conscience sociale générale face aux enjeux planétaires et réaliser que chaque geste individuel comptent et s’additionne en bout de ligne.

Salut ! J’adorerai voir l’application finale que tu as créé. Est-ce qu’on peut y avoir accès ? Merci beaucoup !

Salut, je crois que tu t’adresses à @Barbes_Rochechouart!

Ton message avait été retiré parce qu’il apparaissait hors contexte, mais je me souvenais qu’il y avait eu une discussion pour une application piéton dans le sujet :slight_smile: .

Pour citer une personne à l’avenir, il faut clique sur « Répondre » directement sur le message auquel on s’adresse! Comme ça on peut suivre les discussions plus facilement, cela crée un lien entre la réponse et le message cité, et la personne à qui on s’adresse a une notification. Bienvenue sur le forum!

2 Likes

Sauf que ça c’est vrai pour toute la ville, pas juste Outremont et Westmount…

C’est clair, sauf qu’on s’entend que le propriétaire de Mercedes ou de Porsche va pas mal moins se retrouver dans le TEC que quelqu’un autre et on s’entend que dans ces secteurs de la ville, c’est plus des Ferrari que des Civics.

(message supprimé par son auteur)

Salut tout le monde!
J’ai vu que quelques personnes étaient intéressées à voir le projet final, et je suis désolé de ne pas avoir donné suite depuis. Je ne sais pas trop de quelle façon le rendre présentable, mais je crois que le mettre sur Behance/YouTube et mettre le lien ici pourrait être la meilleure façon.

C’est un projet qui serait en constante évolution, le contexte de BAC ne m’ayant donné qu’un temps limité. Aussi, je suis un “one-man army” donc plusieurs choses pourraient manquer/être imparfaites.

Je vous reviens dès que c’est fait, je dois vraiment m’y mettre!

P.S: en design, les notes sont moins importantes que le travail lui-même, mais ce projet m’a quand-même valu un A (91%) alors j’en suis plutôt satisfait :slight_smile:

7 Likes

3 messages ont été fusionnés à un sujet existant : Aménagements estivaux