Cité du cinéma (Laval)


(Image de @LeTravailleur)

extrait du registre des lobbyistes:

Le projet de développement consiste en la construction de trois bâtiments pour l’industrie cinématographique. Les bâtiments accueilleront des studios de production, des ateliers de fabrication de décors, de maquillage, de costumes et d’effets spéciaux, les bureaux administratifs de la Cité du cinéma et des salles multifonctionnelles pour les équipes de tournage, un entrepôt pour l’ensemble des équipements nécessaires aux équipes sur place, des espaces communs réservés aux équipes de tournage et aux employés et un centre de formation pour les métiers techniques du cinéma.

Informations

Nom: Cité du cinéma
Emplacement:
Hauteur: jusqu’à 80 pieds
Architecte:
Promoteur: Trudel Cité du Cinéma inc.
Début et fin de la construction:
Autres informations:

  • 3 bâtiments

Source des informations:

Autres images
1 Like

Mon quartier! :upside_down_face:

Voici l’extrait du registre des lobbyistes donnant plus d’information sur le projet :

Extrait

Trudel Cité du Cinéma inc.

Mandat :

Période couverte par le mandat : du 2022-05-03 au 2022-12-31

Contrepartie reçue ou à recevoir : de 10 000 $ à 50 000 $

Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d’action

  • Permis, licence, certificat ou autre autorisation*

Renseignements utiles :

Démarches auprès de la ville de Laval pour faire modifier son règlement de zonage L-2000 dans le but de faire autoriser le projet de Cité du cinéma sur les lots # 6 126 295 et 6 159 408 (terrains immédiatement à l’ouest de la caserne no5 sur l’avenue Marcel-Villeneuve). Le projet de développement consiste en la construction de trois bâtiments pour l’industrie cinématographique. Les bâtiments accueilleront des studios de production, des ateliers de fabrication de décors, de maquillage, de costumes et d’effets spéciaux, les bureaux administratifs de la Cité du cinéma et des salles multifonctionnelles pour les équipes de tournage, un entrepôt pour l’ensemble des équipements nécessaires aux équipes sur place, des espaces communs réservés aux équipes de tournage et aux employés et un centre de formation pour les métiers techniques du cinéma. Le projet déroge au règlement de zonage L-2000 de la ville de Laval et nécessite une modification réglementaire. Les changements au zonage viseront notamment à unifier les normes applicables puisque le terrain sur lequel le projet sera construit couvre plusieurs zones au règlement de zonage qui ne permettent pas tous les activités projetées. Le zonage actuel limite les usages industriels et commerciaux sur une partie du terrain comprise dans les zones IA-37 et IA-38 au plan de zonage tandis que la majorité du terrain à développer et aménager pour le projet est située dans les zones RU-764, R-1119, R-643 et RU-398 à l’intérieur desquelles les usages sont limités à ceux d’habitation. De plus, la hauteur maximale projetée d’un bâtiment de 80 pieds et les projets intégrés ne sont présentement pas autorisés de plein droit au zonage applicable. Le projet de développement s’inscrit dans les objectifs et orientations du schéma d’aménagement et de développement de la ville de Laval adopté en 2017 en matière d’affectation du sol. La démarche en est une d’accompagnement du client auprès des membres des directions de la ville de Laval susceptibles d’être concernés par la proposition de développement. L’objectif étant l’entrée en vigueur des modifications au règlement de zonage pour autoriser le projet de construction.

On parle donc de ces deux lots situés sur l’avenue Marcel-Villeneuve, adjacents à la caserne. Ils sont propriété de la Ville et situés hors de la zone agricole permanente (au nord de M.-V.), mais sont présentement loués à des agriculteurs.

Le Centre de services de proximité de l’Est (une bibliothèque, un comptoir de services municipaux et un centre communautaire de grande envergure) est présentement en construction au sud. Le reste de l’ancien terrain de l’usine BASF sera bientôt transformé en un parc urbain d’une quinzaine d’hectares, soit un des plus gros à Laval. Une nouvelle collectrice nord-sud (en blanc) sera déployée dans le secteur, dont la planification est présentement en révision complète.

Je suis mitigé par rapport au projet. Les trois bâtiments projetés doivent culminer à 80 pieds de haut, bien plus haut que n’importe quel immeuble de Saint-François. Par contre, si ça donne sur le parc, il y a moyen de bien faire, même si ce sont des entrepôts carrés (de grands murales ou des projections, peut-être?).

Le problème, c’est que je ne trouve pas que ça s’inscrit bien dans le quartier en termes d’usages. Il y a d’ailleurs des zones industrielles vouées à l’expansion plus à l’ouest, à proximité des autoroutes. Le plan initial pour ces terres était de développer un éco-quartier jusqu’à la voie ferrée et à l’A25 (sous Vaillancourt, c’était simplement de créer des dédales de banlieue comme on les aime). Notons aussi qu’une pétition pour préserver la vocation agricole des lots circulait déjà, quelques semaines avant que le projet ici présent soit connu.

Tant mieux, cependant, si ça peut accélérer le déploiement d’un axe structurant de transport en commun jusque là. Bref, c’est bien qu’il y ait un intérêt pour ça à Laval, je pense qu’il y a moyen de bien faire, mais je ne suis pas totalement convaincu que c’est l’endroit idéal pour une telle installation.

6 Likes

Je partage ton avis, pourquoi s’installer pratiquement au milieu de nulle part dans un secteur pavillonnaire tandis qu’il y a tellement de sites mieux localisés à Laval et même sur l’ile de Montréal où sont concentrés les gens de l’industrie. Je pense notamment le long du canal Lachine où on trouve de nombreux grands espaces en friche près de tous les services.

2 Likes

Je ne suis pas contre modifier la nature pavillonnaire du secteur. Peut-être qu’un terrain plus central et plus onéreux occasionnerait un risque que Trudel souhaite éviter considérant son conflit avec TVA. Le projet semble inadapté au milieu, mais la Ville pourrait s’inspirer de l’ensemble constitué du parc parc Frédéric-Back, de la Cité des arts du cirque, et du quartier qui s’est formé autour de celle-ci pour créer une vision plus cohérente pour le secteur Val-des-Ruisseaux. Un pôle de cette envergure aura définitivement besoin d’un service de TC de qualité. Cette vision nécessiterai des engagements clairs, soit pour le prolongement à Laval de la ligne de l’Est du quatuor, le tramway Saint-Martin, ou une branche de la ligne exo2 sur les voies du TGF, tout ça supposant la réalisation de la phase initiale de ces projets.

2 Likes

C’est beaucoup moins cher!

Loin de tout, je doute qu’une ligne de transport soit efficace parce que le déplacement en TEC risque d’être beaucoup trop long et peu commode pour la majorité des éventuels travailleurs. Donc on encouragerait davantage de circulation automobile et l’étalement urbain pour les mauvaises raisons, contraire au développement durable.

Je suis d’accord que ce n’est pas le site le plus central, mais ce n’est quand même pas Saint-Sulpice, ni même Mirabel; c’est un secteur en première couronne, dans la 3e ville la plus populeuse de la province et sa principale région métropolitaine, bénéficiant d’une voie ferrée sous-exploitée, et d’une conjoncture politique municipale favorable à la densification et diversification des activités de ces quartiers, et développer le TEC. La transformation de ces banlieues pavillonnaires est en ligne avec le développement durable. Une ligne rose ou REM de l’Est pourrait possiblement joindre le centre de Montréal le secteur en 40 minutes, ou légèrement plus par une branche d’exo 2 ou un tramway de Laval est-ouest.

1 Like

D’accord avec vous pour limiter l’augmentation de la circulation automobile. L’avenue Marcel-Villeneuve rénovée il y a 2-3 ans, est déjà très achalandée aux heures de pointe. On l’a conçue avec une seule voie dans chaque direction. Elle débouche présentement vers l’Est uniquement sur deux rues à une voie dans chaque direction, soit la Montée du Moulin et à la petite rue de l’Harmonie. Un méga-projet de Cité du cinéma à cet endroit est beaucoup plus vaste que les prévisions des plans d’urbanisme et de zonage et est disproportionné pour le secteur résidentiel actuel. Cela entrainerait des couts importants pour la Ville et des délais pour modifier les infrastructures souterraines actuelles, notamment le drainage pluvial. Cela entrainera aussi des augmentations de couts et retards dans la mise en service des infrastructures prévues pour l’immense secteur au sud de l’avenue Marcel-Villeneuve dont le drainage se concentre actuellement vers le ruisseau no.12. Deux projets publics sont d’ailleurs prévus au sud de la zone convoitée par “Trudel Cité du cinéma” pour desservir les résidents, le Centre de proximité de l’Est actuellement en construction et une école. Tout cela nécessitera la construction d’un gros émissaire pluvial dont le projet est actuellement sous étude pour approbation par les ministères de l’environnement et par Pêches et Océans Canada. Le hic, c’est que l’émissaire pluvial prévu était déjà trop gros avant même l’annonce du méga-projet qui augmenterait significativement l’imperméabilité du sol et donc le ruissellement dans le bassin de drainage. L’émissaire prévu traverse hélas le coeur d’une friche renaturalisée, habitat de plus de 115 espèces d’oiseaux et notamment de la couleuvre brune. Cette friche en partie en zone inondable inclue le ruisseau no.12, deux milieux humides reconnus, trois lagunes et des zones boisées, le tout situé au sud du boul. Lévesque Est, à proximité de la rivière des Prairies.

3 Likes

Merci pour tous ces détails, à mon avis, en plus des objections précédentes, ce genre de projet ne devrait pas être bâti dans ce secteur pour tous les couts importants d’infrastructures qu’il engendrerait et pour les nuisances au milieu humide voisin.

3 Likes

Je suis l’auteur de la pétition en question.

Notez que la ville de Laval tient une séance extraordinaire du conseil ce soir à ce sujet (5 juillet à 18h00) et je serai présent.

3 Likes