Aménagements hivernaux

Deux stations hivernales à Ahuntsic-Cartierville

Journal Métro | Ahuntsic-Cartierville | 14:38 4 décembre 2020 Par: Amine Esseghir, Métro

Deux stations hivernales à Ahuntsic-Cartierville
Photo: Collaboration spéciale | Concept de la station hivernale du parc Tolhurst.

Même si elles sont conçues pour éviter les rassemblements, les stations hivernales devraient encourager les gens à sortir. Elles constituent aussi une halte sur des rues habituellement animées, mais où plus aucun café ni bar n’est ouvert pour prendre une pause. Elles seront les animations uniques sur les rues commerciales cet hiver.

À Ahuntsic, les deux stations hivernales devraient être mises en place à la mi-décembre. La première, sur un côté du stationnement situé l’angle des rues Fleury Est et Chambord permettra jusqu’à 16 personnes à la fois de se reposer quand ils se déplaceront en famille. Elle a bénéficié d’un budget de 35 000$. La seconde, plus modeste à l’entrée du parc Tolhurst sur la rue Fleury Ouest, pourra accueillir sept à huit personnes. Elle coutera 18 000$. […]

1 Like

Dans le Plateau, une nouveauté: du stationnement 15 minutes gratuit aux alentours des restaurants qui font du take-out et qui en font la demande.

1 Like

Donc légalisé un comportement qui ce fait depuis que Uber Eats est arrivé, se stationner sans parcomètre et espérer pas se faire prendre. Cependant c’est une bonne chose, car les livraisons en tout genre ont augmentées de manière importante durant la pandémie et le commerce et la restaurant ont changés aussi, donc c’est judicieux d’avoir enfin pensé à adapter l’espace à cette réalité.

12 décembre. Beaucoup de monde ce soir, on aurait presque dit qu’il n’y avait pas la covid…

6 Likes

1 Like

Des terrasses hivernales sur le Plateau-Mont-Royal

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Dès l’hiver prochain, les résidents du Plateau-Mont-Royal pourront profiter même pendant la saison froide des terrasses aménagées par les commerçants de leur quartier.

Publié le 15 janvier 2021 à 16h43

Partager

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Des changements majeurs au règlement d’urbanisme ont été présentés ce vendredi aux élus de l’arrondissement, proposant notamment que les terrasses situées sur les terrains privés des commerces — et non dans la rue — puissent être ouvertes l’année durant.

« On assume le fait qu’on est une ville d’hiver et que le 15 janvier, il fait 2 degrés et qu’on pourrait profiter des terrasses », lance Luc Rabouin, maire de l’arrondissement.

« On va aussi permettre de préparer et de distribuer des repas directement dehors pendant l’hiver », ajoute-t-il.

De plus, les terrasses pourront être deux fois plus grandes que ne permet le règlement actuel, et elles seront maintenant autorisées sur de plus petites artères commerciales, telles que les rues Laurier et Fairmount.

D’autres changements touchent les « quotas » de bars et de restaurants. Actuellement, la limite à respecter entre deux établissements est de 25 mètres. La nouvelle mouture du règlement prévoit que des quotas soient fixés par tronçons de rues, ce qui offrira plus de souplesse aux propriétaires de locaux commerciaux, souligne M. Rabouin.

Parmi les nouveautés, on note aussi des modifications qui permettront aux microbrasseries de vendre leurs produits pour emporter, et d’autres qui permettront aux cafés d’aménager des terrasses.

Après une période de consultations, ces changements devraient être adoptés par le conseil d’arrondissement en mars prochain.
https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2021-01-15/des-terrasses-hivernales-sur-le-plateau-mont-royal.php

1 Like

La ville est d’avance sur ces décorations de Noël

1 Like

Un peu tôt quand même

5 Likes

4 Likes

Devrait-on renommer ce fil “Aménagements hivernaux” et y publier à chaque année ou faire un nouveau fil à chaque année?

En attendant, la Place d’Armes

7 Likes

6 Likes

Ça ressemble à l’installation de Luminothérapie de 2013

2 Likes

Il me semble que ça avait été refait l’hiver dernier sur les marches de la Place des Arts.

2 Likes

effectivement!

Montréal retrouve son Grand Marché de Noël

Publié le 21 novembre 2021 à 6h00

TEXTES : LILA DUSSAULT | LA PRESSE
PHOTOS : OLIVIER JEAN | LA PRESSE

Pour la première fois depuis quatre ans, le Grand Marché de Noël revient au centre-ville de Montréal grâce à un nouveau promoteur événementiel. Artisans, vin chaud et sapin géant illuminé : l’ambiance féérique pourrait attirer jusqu’à 400 000 visiteurs au cœur de la métropole d’ici le 2 janvier. Survol en images.


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE | Une foule se pressait samedi rue Sainte-Catherine, dans le Quartier des spectacles, pour l’ouverture du Grand Marché de Noël de Montréal. « Qu’on retrouve nos cœurs d’enfant, je pense que c’est ça, les marchés de Noël », a lancé Benoit Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, lors d’une conférence de presse, juste avant l’illumination du sapin de Noël géant sur la place des Festivals.


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE | « C’est bien, les gens sont intéressés, il y a un bel achalandage et la clientèle est assez variée », a affirmé l’artisane Juliane Courtois, de Taille et retaille. Elle participe pour la première fois au marché de Noël de la rue Sainte-Catherine.


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE | Faire revivre le centre-ville et se retrouver après la pandémie : tels sont les buts qui ont été évoqués par les organisateurs lors de l’ouverture du Grand Marché de Noël de Montréal. Pour raviver l’esprit des Fêtes, de la musique de Noël se mêle aux pas des visiteurs.


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE | Outre celui du Quartier des spectacles, deux autres marchés de Noël seront inaugurés cette semaine à Montréal, soit dans le Sud-Ouest, près du marché Atwater, et au marché Jean-Talon. L’idée est de créer un circuit féérique, précise Line Basbous, directrice de La Lutinerie, organisme promoteur de l’évènement.


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE | Toits rouge ou vert, une quarantaine de kiosques de bois décorés de sapinage et de lumières offrent une gamme de produits locaux ou artisanaux aux visiteurs. Plus de 70 employés et 250 bénévoles ont travaillé pour permettre à l’évènement de voir le jour.


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE | Manon Neulat et Iléna Giudicelli dégustent de la choucroute et se sont procuré des calendriers de l’avent aux bonbons au marché de Noël. Leur kiosque préféré ? Celui de poterie !


PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE
| Saltimbanques et musique : une foule d’activités culturelles sont prévues tout le long de la rue Sainte-Catherine. La programmation n’est pas diffusée pour éviter les rassemblements et respecter les mesures sanitaires. Le couvre-visage est obligatoire pour visiter le Grand Marché de Noël.

3 Likes

Il y a aussi le Village de Noël au marché Atwater et un autre Marché de Noël au marché Jean-Talon

Noël pose ses valises à Montréal avec trois grands événements


Grand marché de Noël de Montréal est de retour pour cette année 2021.Photo: *Gracieuseté, la Lutinerie

Alicia Casteras
22 novembre 2021 à 16h29 - Mis à jour 22 novembre 2021 à 17h23
4 minutes de lecture

L’association Le Village de Noël de Montréal, fraîchement rebaptisée la Lutinerie, organise trois grands rendez-vous pour la période des fêtes de fin d’année.

Le Village de Noël de Montréal au marché Atwater, le Marché de Noël de Jean-Talon et le Grand Marché de Noël au centre-ville.

«Il y en a pour tous les goûts et pour toute la famille», annonce Line Basbous, directrice générale de la Lutinerie.

Trois marchés de Noël

Au marché Atwater, le désormais incontournable Village de Noël de Montréal se tiendra du 25 novembre au 19 décembre. Le rendez-vous fait la part belle aux artisans locaux et régionaux qui proposent des produits éthiques et écoresponsables. Et l’événement se veut aussi très familial avec le fameux village des lutins.

«Mais Atwater veut surtout souligner la gastronomie, alors on recommence les soirées de repas thématiques», explique Line Basbous. Ainsi, chaque vendredi soir sera ponctué d’un événement culinaire. La série commencera en fanfare avec la Raclette Party ce vendredi 26 novembre.

COVID-19 oblige, les réservations de créneaux et la mise en place d’une billetterie étaient obligatoires pour l’organisation.

Également au programme: des repas thématiques, une soirée alsacienne avec de la choucroute garnie, une soirée sous le thème de Noël au soleil et le repas traditionnel québécois.

Nouveauté cette année au Village de Noël d’Atwater: un ciné-traîneau gratuit pour petits et grands. «Sur le même principe que le ciné-auto mais au lieu d’être assis dans leur voiture, les visiteurs sont assis dans un traîneau pour regarder des films de Noël», précise Line Basbous.

De son côté, la deuxième édition du Marché de Noël de Jean-Talon est programmée du 27 novembre au 23 décembre. «Avec un positionnement naturellement particulier dans l’extension du marché Jean-Talon, qui permet la bonification du marché, sur une surface doublée pour l’occasion», explique Line Basbous.

Sur place, on trouvera un village d’artisans d’une quinzaine d’exposants locaux avec des produits du terroir ainsi que le bar de Noël avec ses gaufres et ses chocolats chauds.

Le troisième rendez-vous est le Grand Marché de Noël au centre-ville de Montréal, qui a fait son retour ce samedi 20 novembre et qui se tiendra jusqu’au 2 janvier, sur la rue Sainte-Catherine, dans le Quartier des spectacles. Porté par un autre promoteur lors des précédentes éditions, c’est finalement la Lutinerie qui en reprend l’organisation, après deux ans d’annulation.

«Il faut s’attendre à retrouver la même ambiance que celle des Jardins d’hiver l’an dernier, mais en plus grand et plus féerique», précise Line Basbous. Les visiteurs pourront déambuler entre trente chalets d’artisans locaux, retrouver la maison de l’Alsace et la Fabrique, au milieu des îlots sapinés. Le tout surplombé par un sapin de plus de 30 pieds de hauteur.

La magie de Noël, malgré la COVID-19

Pour chacun des trois marchés de Noël à Montréal, le port du masque sera obligatoire. Dans ce contexte pandémique, la directrice générale de la Lutinerie se réjouit tout de même de pouvoir «proposer des animations accessibles à tous, sans avoir forcément besoin de présenter le passeport vaccinal».

Mais Line Basbous prévient aussi que des ajustements devront avoir lieu en fonction des animations majeures. «En cas de gros achalandage, on nous impose un dispositif sanitaire additionnel. Certains jours on pourra demander le passeport vaccinal, alors que ce n’était pas le cas la veille, au même endroit.»

La Lutinerie lance aussi le Grand Circuit féerique, une plateforme numérique qui rassemble l’ensemble des lieux, artisans et activités touristiques incontournables à Montréal durant le temps des fêtes, pour que, comme le dit Line Basbous, la magie de Noël cette année soit au rendez-vous «plutôt trois fois qu’une».

3 Likes

6 Likes

Patinoire réfrigérée au parc La Fontaine dès le 4 décembre

4 Likes

Patinoire du 1000

7 Likes

Une baleine lumineuse sur la place des Festivals, à Montréal


« Écho : le chant de l’inconnu » a été imaginée par l’artiste Mathias Gmachl.
PHOTO : VIVIEN GAUMAND

Radio-Canada
à 16 h 29

Pour la 12e année, Luminothérapie revient jusqu’au 27 février dans le Quartier des spectacles. Cinq œuvres attendent le public, dont Écho : le chant de l’inconnu, de l’artiste transdisciplinaire autrichien Mathias Gmachl.

Cette création lumineuse, sonore et interactive prend la forme d’une baleine de cinq tonnes et de 17 mètres de long. La baleine cesse de chanter si les gens s’approchent trop près d’elle afin de leur apprendre à garder leurs distances pour protéger ce mammifère marin.

Sur les façades de l’Édifice Wilder et du pavillon Président-Kennedy de l’Université du Québec à Montréal, le public pourra découvrir la projection vidéo Nova, qui a pour thème l’environnement fluvial de Montréal.

Sur l’Esplanade de la Place des Arts, l’œuvre Iceberg est inspirée par les sons produits par les icebergs lorsque l’eau s’infiltre dans les crevasses et les fissures.


« Entre les rangs » est visible sur le Parterre, dans le Quartier des spectacles.
PHOTO : MADELEINE PLAMONDON

Quant à Entre les rangs, cette œuvre est composée de milliers de tiges souples qui ondulent comme des champs de blé dans la campagne québécoise.

Enfin, les bascules lumineuses d’Impulsion voient leur intensité et leur son évoluer selon la manière dont elles sont mises en mouvement par les passants et les passantes.

Plus d’images sur le site du Quartier des spectacles.

4 Likes